LIEU HISTORIQUE

Canal de l’Ourcq dans le 19ème arrondissement de Paris

Canal

Adresse : Galerie de l’Ourcq, 75019 Paris, France

« J’ai déjà eu occasion de dire que Paris éprouvait de continuelles disettes d’eau. Le canal de l’Ourcq vint enfin y porter remède. C’est à MM. Solage et Bossu que nous sommes redevables de cette belle entreprise. En 1799, ces hommes de talent conçurent le hardi projet du canal de l’Ourcq , en prenant les eaux de cette rivière aux environs du moulin de Lizy, près du village de Mareuil-La ferté (département de l’Oise). Ce projet rencontra d’abord de fortes oppositions; mais un décret du mois de mai 1802 mit fin à ces discussions, en autorisant la construction du canal. Un autre décret assigna les fonds nécessaires, et chargea le préfet de la Seine et les ingénieurs des ponts et chaussées de faire commencer les travaux au mois de septembre de la même année. Ils furent suspendus en 1814, et repris avec activité en 1818. La dépense totale s’éleva à 25 millions. Le canal de l’Ourcq sert aujourd’hui de communication avec la Marne et le canal de Saint-Quentin. Sa longueur est de vingt-quatre lieues jusqu’à la Seine, sa pente totale est de trente-une toises et sa vitesse d’un pied par minute. Depuis Mareuil jusqu’au moulin de Lizy, sa largeur est de trente pieds neuf pouces, et depuis Lizy, de dix pieds huit pouces, sa profondeur est de huit pieds. Le canal de l’Ourcq est creusé dans la terre sans aucun revêtement de construction; on n’y voit ni sas ni écluses. Les ouvrages d’art consistent seulement en un assez grand nombre de ponts fixes et mobiles. Les travaux de terrasses sont fort beaux, surtout dans le bois de Bondy, où il a fallu faire une profonde tranchée longue de plus de 5 000 toises. Il reçoit dans son cours les ruisseaux de la Grisette, de May, de la Beuvronne et de Terrouane ; il amène en vingt-quatre heures dans le bassin de la Villette, à quatre-vingt-trois pieds au dessus du niveau des plus basses eaux de la Seine, une masse de six cent soixante-douze mille muids d’eau, qui suffisent aux besoins de la capitale.

Source : J. de Gaulle, Nouvelle histoire de Paris et de ses environs, Ed P. M. Pourrat frères, 1839-1841, Paris.

canal-de-ourcq