LIEUX HISTORIQUE

Chapelle Beaujon ou Saint-Nicolas-du-Roule (Disparue – Emplacement)

Chapelle

Adresse : 193 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris, France

« Le célèbre receveur-général des finances Nicolas Beaujon, après avoir fait achever l’élégant pavillon de la Chartreuse, désira y avoir une chapelle qui servît en même temps de succursale pour ce quartier assez éloigné de la paroisse Saint-Philippe-du Roule.

Cette chapelle, élevée vers 1780 sur les dessins de l’architecte Girardin, est sous le vocable de saint-Nicolas, patron du propriétaire. Une façade simple est terminée par un grand fronton, dans le tympan duquel est un cadran accompagné de branches de palmiers. La porte, décorée par deux colonnes formant avant-corps, a sa corniche surmontée de deux anges adorateurs sculptés par Vallé. La nef, formée par un parallélogramme, est ornée de deux rangs de colonnes doriques isolées, formant galeries élevées sur le sol. Sur le mur du fond de ces galeries règne un stylobate, au-dessus duquel sont diverses statues de saints dans des niches. La voûte, soutenue par les deux rangs de colonnes, est ornée de caissons carrés simples. Une ouverture au milieu procure seule un beau jour dans cette nef destinée au public. Les deux extrémités de la voûte sont occupées par des bas-reliefs exécutés par Vallé; ils représentent, l’un la Charité et l’autre la Religion.

Au bout de la nef est une rotonde formée par huit colonnes ioniques; leur isolement du mur du fond procure une galerie tournante, dans laquelle quatre grandes niches ornées de caissons forment tribunes fermées par des appuis en entrelacs sculptés et fort riches. Au-dessus du stylobate qui règne entre ces tribunes, sont encore des statues de saints dans des niches. La rotonde, ayant été uniquement destinée pour l’usage de la maison, était séparée de la nef par une grille d’appui en fer avec des ornements dorés. Une autre grille d’appui entre les colonnes renferme le sanctuaire, au centre duquel est un autel à la romaine, élevé sur trois marches circulaires. Cet autel, en marbre blanc, a la forme d’un sarcophage porté par des consoles soutenues sur des griffes de lions en bronze; des deux côtés de l’autel sont des espèces de trépieds. Une Descente de croix, bas-relief de bronze doré, orne le milieu du retable.

Le pavé du sanctuaire est en compartiments de marbre. Une coupole décorée de caissons octogones, avec rosaces, couronne la rotonde, qui ne reçoit le jour que par l’ouverture formant lanterne au centre. »

Source : J. de Gaulle, Nouvelle histoire de Paris et de ses environs, Ed P. M. Pourrat frères, 1839-1841, Paris.

chapelle-beaujon-paris