LIEUX HISTORIQUE

Église Saint Marcel ou saint Marceau (Emplacement – disparue)

Église

Adresse : 27 Avenue des Gobelins, 75013 Paris, France

Ne pas confondre avec celle du boulevard de l’hôpital.

« Marcellus ou Marcel, évêque de Paris; il fut enterré, vers l’an 436, dans l’emplacement de cette église, sur une éminence nommée Mons Cetardus. Son tombeau vénéré, illustré par des miracles, donna naissance à cette église et à un bourg qui dans la suite se forma à l’entour, et prit plus tard le nom de Mouffêtard. Ce bourg fut ensuite nommé Chambois, eut sa juridiction particulière, et fut même entouré de fossés; enfin il se trouva, par l’effet de l’accroissement de Paris, englobé dans un faubourg de cette ville, faubourg appelé Saint-Marcel.
Voilà ce que j’ai pu recueillir sur l’origine de l’église et du bourg.

Quant à l’histoire du saint patron et à celle de la fondation de son église, ses premières époques sont tellement couvertes de ténèbres ou défigurées par des fables dignes des temps appelés héroïques, qu’on a bien de la peine à réunir quelques faibles traits de vérité.
La fondation de l’église fut attribuée à ce guerrier si fameux parmi les romanciers, au paladin Roland, neveu vrai ou supposé de Charlemagne.

L’église Saint-Marcel , ruinée par les Normands ou par le temps, fut reconstruite vers le milieu du onzième siècle. Le caractère des parties les plus anciennes de cet édifice, celui des chapiteaux, des colonnes de l’église souterraine ou la crypte située sous le choeur, convenait parfaitement à cette époque. Au milieu du choeur de cette église se voyait le tombeau de Pierre Lombard, fameux théologien en son temps, surnommé le Maître des sentences. Il mourut en 1164.
En 1806, cette église fut démolie, et on recueillit un bloc de pierre de Saint-Leu, de quatre pieds de long. Il était, avant la démolition, placé à un des angles du clocher. Une de ses faces présente, en demi-relief grossièrement sculpté, un taureau couché. Cette ligure a été diversement expliquée sans qu’on sache réellement sa destination première.

Suivant la tradition populaire, cette pierre fut placée en ce lieu comme un monument de la vertu miraculeuse de saint Marcel.
Un boeuf échappé, dit-on, des boucheries, parcourait les rues de Paris, et y répandait l’effroi et la mort. Les Parisiens vinrent alors implorer l’assistance de saint Marcel. Aussitôt accourut le saint, lequel, fortifié par ses habits pontificaux dont il s’était muni pour cette expédition, se présenta courageusement devant l’animal furibond, qui, à son approche, devint calme, docile, car il se prosterna aux pieds du saint évêque. Celui-ci profitant de son humble posture, lui passa subtilement son étole autour du cou, le conduisit en triomphe dans les carrefours de la ville, et de là sans doute à la boucherie.
L’église Saint-Marcel, comme toutes les anciennes collégiales, avait un cloître.
Ce fut, suivant l’abbé Lebeuf, dans ce cloître que des chirurgiens et plusieurs ecclésiastiques se réunirent pour vérifier un grand nombre de reliques ou ossements de saints inconnus envoyés de Rome à Paris. Ces reliques furent toutes déclarées fausses. »

L’église est détruite en 1806.

Source :
Histoire de Paris et de ses monuments par Jacques-Antoine Dulaure

Église Saint Marcel ou saint Marceau ( Emplacement - disparue )