LIEU HISTORIQUE

Hôtel Brière de Bretteville (Ex : Hôtel Hercule au n°7)

Hôtel particulier

Adresse : 7 Rue des Grands Augustins, 75006 Paris, France

« Il avait reçu ce nom parce que des peintures à fresque, qui ornaient les appartements, représentaient les travaux d’Hercule. Louis XII le donna en 1514 à Antoine Duprat, chancelier de France, qui y logea jusqu’à sa mort, en 1536. François Ier se transporta aussitôt à l’hôtel et s’empara de 100 000 écus qui se trouvèrent dans des coffres-forts.

En 1573, Charles IX, le duc d’Anjou, depuis Henri III, et Henri de Bourbon, roi de Navarre, depuis Henri IV, faillirent être tués dans cet hôtel par Viteaux, petit-fils du chancelier Duprat et l’un des hommes les plus déterminés de son temps. Il s’était caché dans cet hôtel avec quelques autres personnes poursuivies comme lui pour une affaire particulière; au bruit que firent les princes en arrivant, il s’arma, ainsi que ses compagnons, résolu de faire main-basse sur tous ceux qui se présenteraient, en cas qu’on enfonçât les portes de l’appartement où il s’était réfugié. Heureusement les princes s’arrêtèrent dans une autre partie de l’hôtel.

La même année, au mois de septembre, les mêmes princes signifièrent à Antoine Duprat, seigneur de Nantouillet, prévôt de Paris, qu’ils iraient souper chez lui, à l’hôtel d’Hercule. Nantouillet allégua mille prétextes pour se dispenser de cet honneur; il ne put détourner les princes de leur projet. Après le souper on pilla la maison, et les courtisans volèrent ou saccagèrent pour plus de 50 000 livres. « Le lendemain, dit l’Estoile, le premier président vint trouver le roi et lui dit que tout Paris étoit ému pour le vol de la nuit passée, et que l’on disoit que sa majesté y étoit en personne et l’avoit fait pour rire. A quoi le roi ayant répondu que ceux qui le disoient avoient menti, le premier président répliqua : J’en ferai donc informer, Sire. Non, non, répondit le roi; ne vous en mettez en peine. Dites seulement à Nantouillet qu’il aura affaire à trop forte partie s’il en veut demander raison. » Henri III venait souvent à l’hôtel d’Hercule. Il y tint la plupart des chapitres de l’ordre du Saint-Esprit, et en 1585 il y reçut l’ordre de la Jarretière, que lui apporta le comte d’Erby, ambassadeur extraordinaire d’Élisabeth, reine d’Angleterre. »

Plus tard l’hôtel fut englobé dans le vaste Hôtel de Savoie-Nemours. Lorsque la duchesse de Savoie divisa celui-ci en 1670, les numéros 5 et 7, habités par les Carignan, branche de la maison de Savoie, devint la propriété d’une demoiselle de Bretteville qui les fit refaire. Ce fut alors l’hôtel Brière de Bretteville.

Source : J. de Gaulle, Nouvelle histoire de Paris et de ses environs, Ed P. M. Pourrat frères, 1839-1841, Paris.

hotel-de-briere-ou-de-bretteville