ÉVÉNEMENT HISTORIQUE

Porte de Romainville et des Lilas (Enceinte de Thiers)

Commune de Paris 1871

27 mai 1871

Un nombre considérable de personnes s’étaient réfugiées à la porte de Romainville. Parmi elles beaucoup de femmes et d’enfants, chassés de leurs maisons par les obus, demandaient à grands cris qu’on leur laissât gagner la campagne. Vers une heure, deux hommes apparurent en dehors des fortifications, agitant un drapeau blanc. C’étaient des francs-maçons qui, revêtus de leurs insignes, avaient pris sur eux d’aller demander aux autorités prussiennes quel accueil on ferait aux fugitifs.

Dès que le pont-levis fut abaissé, femmes et enfants se précipitèrent au dehors, lies gardes nationaux des environs crurent à une panique; le bruit courut que les Versaillais arrivaient par la rue de Paris et les remparts, cernant ainsi toutes les positions. Deux cents hommes environ se ruèrent sur le pont-levis et, en jetant leurs armes, blessèrent à la figure un certain nombre de femmes : plusieurs d’entre elles furent même précipitées dans les fossés. La colonne qui avait ainsi jailli de l’enceinte s’éparpilla dans les premières maisons du village des Lilas. Les Prussiens, accompagné de gendarmes français, fouillèrent immédiatement ces maisons et arrêtèrent tous ceux qui portaient des uniformes de gardes nationaux.

Les femmes et les enfants voulurent pousser plus loin et traverser la barricade prussienne, élevée au milieu du village. Le brigadier de
gendarmerie de Romainville s’élança à leur rencontre, furibond, le sabre en main, criant aux Prussiens : « Tirez ! mais tirez donc sur cette canaille !» Un soldat prussien abattit son fusil et fit feu. Une femme fut blessée. A cette vue,le commandant de la barricade se précipita sur le brigadier l’écarta violemment et fit arrêter le soldat.

Source :
Les huit journées de mai derrière les barricades, Lissagaray, 1871

Source carte postale :CPA Bastille

porte-des-lilas